stay tuned on snapchat

'radar_st'

Exploration d’un hôpital abandonné grâce à un vol en drone FPV freestyle

Exploration d’un hôpital abandonné grâce à un vol en drone FPV freestyle

urbex
12 janvier 2018
urbex
12 janvier 2018

Le drone FPV freestyle ça vous parle ? Ce nouveau sport mécanique explose depuis 5 ans. Parfait mélange de technicité, de vitesse et de d’agilité, le drone FPV procure à ses passionnés de belles montées d’adrénaline grâce au pouvoir du FPV (First Person View en anglais). Ce mode de vue vidéo en temps réel permet au pilote de s’immerger complètement dans son vol. Même si cette pratique n’est pas accessible au tout venant car de nombreuses heures d’entraînement sont nécessaires avant de voler correctement aux manettes d’un drone FPV.

Pour cette RADAR urbex series n°14, la team a eu envie de vous partager l’expérience et les sensations grâce à l’exploration d’un hôpital abandonné.

villemin vue de haut - Exploration d'un hôpital abandonné grâce à un vol en drone FPV freestyle

Fincky et Petit Soldat du collectif Superloop ont répondu à nos questions pour mieux vous faire découvrir leur passion et dévoiler les dessous de cette exploration urbaine pas commune.

Qui a participé à cette exploration ? 

On s’est rencontré à une course de drone sur un parking de supermarché et depuis on vole ensemble dès qu’on peut. Je vole depuis un peu moins d’un an. Petit Soldat bientôt trois. On est majoritairement des pilotes de freestyle même si on se frotte de temps en temps à la course. Pour cette exploration particulière, on était accompagné d’un bon copain pilote qui s’appelle RED FPV.

Un topo sur votre pratique du drone ?

On fait du drone FPV Freestyle. Rien à voir avec les drones de photographie classiques style Mavic etc. Nous, on pilote de petite machines qu’on a monté nous-même. Ces engins vont assez vite (150km/h) et  – contrairement au DJI – n’ont aucune assistance au pilotage.

Après pour la partie Freestyle, à chacun sa façon d’approcher la discipline mais l’idée c’est de trouver les plus belles lignes. Un peu comme en skate. On essaie aussi à réaliser des figures qui soient aussi techniques qu’à intéressantes à regarder.

 

Les qualités nécessaires pour piloter de cette façon ?

Il faut être très concentré et… ne pas se décourager.  Il faut vraiment en vouloir parce qu’on casse beaucoup de matériel. Il ne faut rien lâcher, réparer et toujours recommencer. Puis il est nécessaire de travailler son pilotage le plus possible, se mettre au défi régulièrement. C’est ça qui fait progresser.

 

Un fail durant ce tournage ?

Oui ! La première journée du tournage, la batterie de Petit Soldat a un problème technique et le drone se crashe. Du coup il se casse. Il passe la moitié de l’après-midi à le réparer. Il  fait de la soudure directement sur place, démonte tout, remonte et quand il a enfin tout réparé… il se prend un poteau presque invisible sur sa première batterie. Fin de journée.

 

Exploration d’un hôpital abandonné grâce à un vol en drone FPV freestyle
à lire aussi
Rap, pop, électro : Mai Lan sort « Autopilote », un...

Quelle est l’histoire de cet hôpital abandonné ?

C’est un hôpital qui a été mis en service par la Ville de Paris en 1899 dans le but soigner ses malades atteints de la tuberculose. Il a été en service près de 100 ans avant la construction d’une réplique quasi identique à quelques kilomètres à peine. N’ayant plus d’utilité et étant trop cher à rénover ou démolir, il reste en l’état. Ses propriétaires, les hôpitaux de Paris, cherchent un acheteur mais n’y parviennent pas. Ça fait 30 ans que c’est comme ça.

 

Des détails du lieu qui vous ont particulièrement marqués ?

L’endroit est très grand. Dans une belle forêt et les bâtiments semblent avoir presque poussé là comme des champignons c’est marrant. Pour moi, ça fait toujours bizarre de trouver des lits d’hôpitaux ou des tables d’opération. Les objets qu’on découvre sont toujours fascinants parce qu’ils sont les marqueurs des anciens occupants et nous rappelle que des gens vivaient ici avant.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Notre principale problématique, c’est que les drones font beaucoup de bruit. Donc quand le lieu est gardé ça complique les choses. Là c’est ce qui nous est arrivé. Au bout d’une heure ou deux, un gardien est venu nous demander de quitter les lieux.

 

Votre exploration urbaine préférée ? La plus marquante ?

Ma préférée reste la visite d’un ancien centre de recherche nucléaire. Pour l’histoire du lieu d’abord et aussi par la multiplicité des possibilité de lignes qu’il y a là-bas. Il faudrait qu’on y retourne d’ailleurs !

 

D’autres choses que tu vous avez envie de dire ?

Si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos chaînes YouTube : FinckyPetit Soldat & RED FPV. 😉

 

radar_st

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR