stay tuned on snapchat

'radar_st'

– End of the line – Trains de casse

– End of the line – Trains de casse

urbex
9 août 2016
urbex
9 août 2016
Chris Staring a la double casquette de globe trotteur et de photographe de talent. La série qu'il a partagé à son retour de Bolivie est à couper le souffle et nous fait clairement préférer le train.

Si Chris Staring finit toujours par atterrir à Melbourne, sa ville d’origine, il passe la majorité de son temps assis sur un siège d’avion.

En 2015, il a passé 548 jours en voyage (si si, c’est possible grâce à la magie des décalages horaires) et visité 45 pays pour ramener des clichés exceptionnels. Il puise son inspiration dans les modes de vie des pays qu’il explore et laisse parler dans ses clichés son attirance particulière pour les lieux abandonnés. 

 

Chris-Staring-End-of-the-Line-1

Chris-Staring-End-of-the-Line-23

Chris-Staring-End-of-the-Line-24

 

End of the line est la série qu’il a ramené de son voyage en Bolivie. Il y fait le focus sur un cimetière de trains en plein cœur du désert. Sur fond de coucher de soleil paradisiaque, les monstres de ferraille dorment sur les rails. Un vrai air de fin du monde à la Mad Max qui donne plutôt envie de manquer le dernier wagon.

 

Chris-Staring-End-of-the-Line-3

– End of the line – Trains de casse
à lire aussi
LE PARIS SURF & SKATEBOARD FILM FESTIVAL EST DE RETOUR

Chris-Staring-End-of-the-Line-10

Chris-Staring-End-of-the-Line-4

Chris-Staring-End-of-the-Line-7

 


Alls pics Ⓒ Chris Staring


 

radar_st

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR