stay tuned on snapchat

'radar_st'

Partager sur

Enfantdepauvres : de Fontenay à Baltimore

Enfantdepauvres : de Fontenay à Baltimore

Cet été, RADAR suit sur scène trois artistes prometteurs à l’aube de leur carrière. Aujourd’hui, direction Val de Fontenay, à la rencontre de Enfantdepauvres.


UNE QUESTION DE TIMING

“On m’a toujours dit : “toi t’es bon, lance toi”. C’est plutôt moi qui me disait que c’était pas encore le bon moment, il fallait que j’aide ma famille. Faire de la musique c’est bien, mais au démarrage c’est dur, du coup c’est un peu égoïste de me lancer dedans à 200% sans être sûr que ça fonctionne pour de bon (…) C’était pas ma priorité, même si j’en avais envie. Il y a 2/3 mois, je me suis dis “va au studio, essaye, et vois ce que ça fait. Et j’ai démissionné de mon boulot.”

Même s’il écrit pour lui depuis une dizaine d’années, Enfantdepauvres n’a fait la bascule professionnelle que depuis le 1er février 2019, date de sortie de “Batlimore”. Un premier clip et morceau dans lequel il décrit son quotidien au quartier, comme une façon de ne pas oublier les fondamentaux qui l’ont construit.

“Je savais qu’il y avait pas mal de petits, et je m’entends bien avec eux. je sais qu’ils aiment bien être filmés, on les a fait croquer on a pris tout le monde d’un coup pour le clip.”

 

Comme dans “Baltimore”, on suit Enfantdepauvres sur les lieux qu’il occupe le plus. Et cela comprend les terrains de foot qu’il use depuis son enfance, et qui lui ont appris la rigueur. L’occasion de parler avec lui de l’importance du timing dans un projet naissant.

 

“Dans la musique, il ne faut pas être pressé, il n’y a pas de moment exact. Il n’y a pas vraiment d’ordre. Il y a un moment, la musique doit juste parler. C’est peut être ton moment, tu le sens.”

 

DU HALL AUX FESTIVALS

Maintenant entouré par 404Human, maison des producteurs de feu comme Kyu Steed ou encore Heinzenberg, Enfantdepauvres sait qu’il peut compter sur leur force et celle des siens pour pousser sa carrière vers le haut.

“Quand j’ai sorti “Baltimore”, le son a parlé, le clip a parlé. J’ai eu pleins de propositions à droite à gauche. Avec Kyu Steed, on se connaissait parce que j’allais déjà à ses soirées, c’était fluide. 404Human c’est un label dans lequel je me sens bien, parce qu’on va juste dans la même direction musicalement et artistiquement. Je vise le top, et eux pas moins.”

 

À travers les discussions que l’on a avec Enfantdepauvres, la chose qui frappe certainement le plus, c’est qu’il a une vision à long terme de ce qu’il veut faire. Et que tout semble en place pour tomber au bon moment, et sans précipitations. Comme sa première invitation par Dosseh au Planète Rap.

Mais ceux qui en parlent encore le mieux sont peut être ses potes les plus proches, comme Slimane qui résume les prochains mois à venir :

“Ses textes vont pas juste me toucher. Ils sont vraiment profonds. Il va loin dans sa recherche et ce qu’il veut exprimer (…) On s’est toujours dit qu’il allait passer un step quand il se mettra à 100% dedans, je me fais pas de souci sur la suite. (…) Les festivals de cet été ? Je les vois fous, je les vois sales !”

 

Enfantdepauvres mettra le feu cet été sur les scènes RADAR :

▶︎ Au FISE du 29 mai au 2 juin

▶︎ Au Solidays du 21 au 23 juin 

▶︎ À la Freestyle Cup du 25 au 30 juin

▶︎ À Lollapalooza du 20 au 21 juillet

 


Go follow Enfantdepauvres sur Instagram

 

NEWS


RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR