stay tuned on snapchat

'radar_st'

RetroRap : plongez dans les archives de l’INA sur le rap français !

RetroRap : plongez dans les archives de l’INA sur le rap français !

musique
10 octobre 2018
musique
10 octobre 2018
Mouv’ et l’INA lancent RetroRap, une série vidéo qui explore les premiers passages du rap sur le petit écran. Avec un premier épisode diffusé le 19 septembre, consacré à la Fonky Family, le projet s’annonce comme un témoignage fort pour l’histoire du genre.

En 2020, L’Institut National des Archives française soufflera ses 45 bougies. Près d’un demi siècle à collectionner les moments télévisuels et les interviews légendaires.Une vraie mine d’or pour tous ceux qui souhaitent jouer les archéologues. C’est un peu le cas de Raphaël Da Cruz, journaliste de Mouv travaillant sur le projet RetroRap, et officiant également pour l’Abcdr du son, OKLM et les podcasts NoFun.

“Il y a deux volontés derrière ces vidéos : une valorisation de ces témoignages historiques sur le rap en France, mais aussi une démarche pédagogique pour présenter certains de ces artistes à un public qui ne les auraient pas connus. Je pense que RetroRap peut satisfaire la nostalgie d’une certaine classe d’âge, mais aussi de nourrir la curiosité d’une autre, plus jeune.” explique Raphaël.

retrorap mouv radar 3 1 - RetroRap : plongez dans les archives de l’INA sur le rap français !

Lancé en janvier dernier, le chantier semble impressionnant : sélectionner les instants marquant d’un genre existant depuis près de 40 ans, et le condenser en vidéo courtes.

“L’objectif était de trouver des archives vidéos pertinentes, parfois insolites, parfois symboliques, permettant de revoir les artistes dans le contexte d’une époque précise. Ensuite, on est passé à la phase production, avec Manu Rossander au montage (…) L’idée étant d’être à la fois informatif, mais de ne pas en écrire de trop, pour laisser les images parler d’elles-mêmes.”  – précise Raphaël.

 

Au programme de cette série, des reportages produits par France Télévisions, les rédactions locales de France 3, mais également des extraits d’archives trouvées hors de la France métropolitaine.

“Les archives de RFO ont été précieuses également, car les chaînes d’outre-mer se sont intéressées très tôt et longtemps au rap comme d’un phénomène artistique et culturel. On a aussi eu la chance dans les années 90 d’avoir des émissions de débats ou de reportages consacrés au rap avec parfois des interludes musicaux, comme Le Cercle de Minuit ou Rince Ta Baignoire. Ça permet parfois d’avoir à la fois des moments de vie, d’interviews, et même de lives quand on a pu les utiliser.”

Vient alors la question du traitement du rap à la télévision, avec ses artistes souvent considérés comme des OVNI sur les plateaux. Sur Mouv justement, le journaliste Yerim Sar éditait en 2016 un guide de survie pour les rappeurs passant sur le petit écran, face à des animateurs parfois incompréhensifs du genre. Lorsqu’on évoque ces malaises avec Raphaël, celui-ci nous explique que RetroRap n’est pas un projet militant pro rap contre les médias généralistes, mais plutôt une photographie du genre vu par son époque.

 

retrorap mouv radar 5 1 - RetroRap : plongez dans les archives de l’INA sur le rap français !

 

“Parfois, certains reportages qu’on a utilisés montrent que cette incompréhension de la télévision grand public pour le rap existe depuis des décennies, parfois qu’il y a eu une vraie curiosité bienveillante, même s’il y a pu avoir des maladresses dans la compréhension de ses codes, malgré son gain de popularité à la fin des années 90. On n’a pas cherché à valoriser les uns plus que les autres : l’idée, c’est de les montrer tels qu’ils sont. C’est un autre aspect, plus mineur, de RetroRap : montrer comment la télévision, à des époques différentes, traitaient du rap, qu’importe si c’est positivement ou négativement.”

 

Un travail d’exploration minutieux, avec en fond une volonté pédagogique pour tous les fans de rap. Retrorap est la porte d’entrée pour les jeunes auditeurs curieux de mieux connaître les origines. Mais pas question non plus pour le projet de se revendiquer puriste du rap des années 90 !

Surtout aujourd’hui avec des adolescents qui préfèrent le rap dans sa forme actuelle.

“Je pense simplement que des jeunes de 14 ans, nés en 2004, et qui ont commencé à écouter du rap peut-être en 2012, ne peuvent pas forcément s’identifier à ce qu’était esthétiquement le rap des années 1990 ou 2000. Et que ça doit sûrement les gonfler qu’on leur fasse la leçon sur ce que doit être le rap, tel qu’on l’a conçu ou aimé à une époque plus ancienne qu’eux. ” – répond Raphaël.

Passionné par cette quête des origines, ce projet s’inscrit dans la continuité de ses travaux, et notamment La Source, le podcast qu’il anime sur Binge Audio. Dans cette émission, il y décortique les morceaux actuels, et raconte l’histoire des samples et mélodies qui les ont inspirés.

“Je pense que c’est important de connaître ce qu’il y a eu avant dans le rap. Ca ne veut pas forcément dire aimer comment sonnait le rap avant, mais au moins avoir la curiosité de s’y intéresser. Mais ça demande une vraie volonté aussi. Je reprends l’exemple d’un jeune de 14 ans : aujourd’hui, s’il veut comprendre, étudier le rap, il a quatre décennies d’histoire à rattraper. J’ai 31 ans : à son âge, j’avais « juste » 20 ans d’histoire à remonter ! Alors en effet, peut-être que des contenus comme RetroRap ou La Source peuvent apporter une information aux publics respectifs de Mouv’ et de NoFun, et créer des étincelles, donner envie à des plus jeunes d’avoir ce rapport « archéologique » au rap.

Diffusé deux fois par mois sur les réseaux de Mouv, RetroRap entame ainsi sa première saison, comptant pour l’instant une quinzaine d’épisodes. Et tout ce qu’on peut lui souhaiter, c’est qu’elle dure aussi longtemps que le rap lui-même.

 


RetroRap à retrouver sur la chaine Youtube de Mouv’
Photos : © Hugues Lawson Body

 

radar_st

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR