stay tuned on snapchat

'radar_st'

MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap

MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap

musique
27 novembre 2018
musique
27 novembre 2018
À l'heure où "19", son premier album vient d’être récompensé d’un disque d’or ; retour sur le parcours de MHD, le roi de l’afro trap.

Bravo / Mama m’a dit “mon fils bravo” / Bravo / Les grands du quartier m’ont dit “bravo”.

Répète en refrain MHD dans cet extrait de son premier vrai album, “19”, sorti en 2018. Et pour cause, il y a beaucoup à féliciter dans le parcours fulgurant de MHD, de ses freestyles cumulant les millions, jusqu’à l’Olympia après un détour par Coachella.

mhd afrotrap radar 19 - MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap

 

SUR LES RÉSEAUX

Retour arrière en 2015. A cette période, MHD aka Mohamed Sylla est un rappeur du collectif 19 Réseaux, et représente l’arrondissement du même nom avec Tino, Badem, Mam’s et Koys. Et déjà on sent les gimmicks et ad libs qui feront sa marque plus tard.

 

C’est durant des vacances entre potes que la révélation survient. Très inspiré par des artistes comme P-Square, des rappeurs nigérians, MHD s’essaye à un freestyle sur le morceau “Shekini”. Et sans le savoir, il pose les bases de cette union sonique entre deux continents, l’afro trap est née. La vidéo fait le tour des réseaux, et la reste appartient déjà à l’histoire.

 

À partir de ce moment, MHD passe la seconde, et abreuve son public de freestyles dynamites. À travers ces freestyles frontaux, MHD distille sa vision d’un nouveau genre, unifiant les syncopes bondissantes de l’Afrique aux basses brûlantes de la trap d’Atlanta. Toujours spontané, MHD s’inspire de son environnement, et particulièrement de sa passion pour le football. Quand on lui demande ce qui l’a inspiré pour son freestyle part. 3 (Champion’s League), il répond tout simplement :

MHD afrotrap radar - MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap

RÉACTION VIDÉOS ET SCÈNES INTERNATIONALES

Il n’en fallait pas plus pour que ce crossover traverse les frontières. Au delà des millions de vues qu’il fait sur chacun de ses clips, c’est tout un public qui se retrouve contaminé, générant des centaines de réaction vidéos à la pelle.

En Angleterre :

 

En passant par le Kenya :

 

“J’étais un gros consommateur de musique afro, bien avant d’écouter du rap français, grâce à mes parents, mes frères, mes soeurs…Quand on a déménagé à Paris, j’ai accroché directement avec le rap français. J’ai continué à alterner entre les deux, entre musique afro et rap français.”

 

En rassemblant tous ses freestyles et des inédits dans un premier projet, MHD se retrouve catapulté sur le devant des scène internationales : des festivals comme Dour ou Coachella et les tournées en Afrique mettent tout le monde à genoux. Pour autant, MHD ne se voit toujours pas comme un rappeur français.

mhd au festival coachella 2018 649 - MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap

 

“La scène rap ? Je ne me mettrais pas dedans. Je me bats pour ma propre catégorie, l’afro trap. Et pouvoir faire une tournée aux États-Unis, c’était un rêve pour moi. Parce que dans ma démarche, le côté trap vient de chez eux, c’était important pour moi que je sois validé là bas.”

Un phénomène qui n’échappe pas à l’oreille toujours curieuse de Diplo, qui lui propose un remix avec Major Lazer, le plaçant encore un peu plus haut. En France, il se retrouve adoubé par le Duc en personne, et se voit offrir un featuring sur l’album “Trône” de Booba en 2017.

 

“19”, SACRE DU ROI

Peut être trop vite, trop fort ? Si le succès est mondial, MHD garde les pieds sur terre, et continue d’être proche de son public et particulièrement de son quartier du 19e arrondissement. Un contraste saisissant que l’on retrouve dans ses jours précédant son premier Olympia. On y retrouve MHD, parlant de son job de livreur de pizzas, deux ans auparavant. 4 ans se sont écoulés, mais lui ne change pas et regrette même parfois son anonymat d’antan.

MHD Bravo - MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap

 

Pourtant, c’est la tête froide que MHD sort “19”, son premier véritable album, entouré d’une pléthore de producteurs prodiges : DSK On The Beat, fidèle depuis les freestyles explosifs comme “Roger Milla”, Dany Synthé devenu régulier collaborateur, mais aussi S2Keyz que l’on retrouve auprès de Booba et PLK. Ensemble, ces architectes enfoncent un peu plus le clou de l’afro trap, en l’enrichissant de mélodies imparables et quelques invités de marque.

 

Après la musique, quand tout sera fini, on va kiffer encore.” (MHD – Encore)

 

Paroles prémonitoires ? Quatre jours avant la sortie de “19”, MHD annonce sur ses réseaux que cet album et cette tournée seront les derniers de sa carrière. Au grand dam de tout son public.

Deux mois plus tard, le suspens sur sa carrière est toujours entier. Espérons que le disque d’or pour “19” lui fera changer d’avis. Dans tous les cas, il sera devenu ce qu’il voulait : un roi de l’afro trap, enfin couronné.

mhd album 19 portrait afrotrap radar 1 - MHD, retour sur le parcours fulgurant du roi de l’afro trap


Photos © DR

 

radar_st

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR