stay tuned on snapchat

'radar_st'

Pony, des illustrations délurées qui flirtent avec la culture street

Pony, des illustrations délurées qui flirtent avec la culture street

art
13 novembre 2017
art
13 novembre 2017
L’artiste québecoise nous invite à Ponyland, le petit coin de son esprit où s’amorcent ses œuvres hautes en couleurs, en vagins et en punchlines.

En survolant l’Instagram de Pony, on devine rapidement que son pseudonyme tire plutôt son origine d’une écoute prolongée Ginuwine que d’une passion pour les courses hippiques. Elle-même le suggère volontiers quand elle décrit dans sa bio un univers « sans chevaux,  mais avec beaucoup d’organes génitaux. ». Chacune de ses œuvres semble sortir de l’imaginaire d’un kid bloqué devant un téléviseur défaillant. Et qui zapperait sans cesse entre Nickelodeon et Frissons Extêmes.

 

C’est un joyeux cartoon déconseillé au public non-averti. Si la description peut paraître assez schizophrène ; elle sied parfaitement à Gabrielle Laïla Tittley, l’individu que camoufle l’artiste. Une montréalaise élevée par une mère pieuse au point de lui interdire d’écouter les insanités jouées par les fréquences radio. Le rap, notamment. Mais tel Adam et Êve, Pony finit par goûter (et apprécier) le fruit défendu, qui s’avère finalement être l’une des grandes sources d’inspiration.

 

« J’adore les paroles de rap et le hip-hop en général parce que c’est super contrasté comme musique. Ça peut être lourd et pesant de sens, mais il y a presque toujours de l’humour », explique-t-elle à Creators.

 

Pony-illustration-street-doodle-montreal-portrait

Pony, des illustrations délurées qui flirtent avec la culture street
à lire aussi
Rocco et ses frères, le street art façon commando

Son art détourne les punchlines dans des mises en scènes absurdes, dépeint des vulves en turkey sandwich, des scènes de masturbations, de cunnilingus. C’est pop, c’est (très) coloré, et ça prend forme sur toutes sortes de supports : du textile, des coques d’iPhone, des pins, des calendriers ou encore des coussins. On vous invite vivement à vous plonger dans le monde décalé de Ponyland, et pourquoi pas à vous faire un petit plaisir transgressif sur son shop online !


© Pony – Site / Facebook / Instagram


 

radar_st

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR