stay tuned on snapchat

'radar_st'

Partager sur

Le rap islandais, une éruption de talents

Le rap islandais, une éruption de talents

Petit pays mais grands rappeurs, l’Islande et ses quelques 320 000 habitants bouillonne depuis les années 2010 d’un nouvel essor de la scène rap. Une reconnaissance locale certes, mais peu à peu internationale. On enclenche dès à présent les radars vers la terre de feu, de glace et de rap !


Sturla Atlas

Désormais plus tourné vers le R&B et le hip-hop que le rap, Sturla Atlas n’a point déçu les fans de la première heure qui se bousculent toujours à ses shows énergiques. Cette tornade musicale a également secoué le Sonar Barcelona, Eurosonic Noorderslag et The Great Escape festival en 2018, ainsi que les États-Unis lors d’une première tournée radieuse.

 

Reykjavíkurdætur

Les « filles de Reykjavík » est le premier groupe de rap islandais. Un groupe uniquement composé de 17 à 19 membres féminins. S’exprimant sans retenue sur la sexualité, la culture du viol, la sodomie, la pilosité ou les politiciens corrompus, ces militantes frappent fort. Elles rappent aussi bien en islandais qu’en anglais, et rencontrent un beau succès à l’international.

 

GKR

Le plus décalé de la bande n’hésite pas à rapper sur des sujets inattendus comme le petit-déjeuner à travers le titre « Morgunmatur« . En moins d’un an, la jeune pousse a enchaîné les lives en Islande à guichets fermés. Puis il a été repéré et signé par le label de Diplo, Mad Decent.

 

Aron Can

À tout juste 16 ans, Aron Can se fait rapidement remarqué avec un premier titre phare « Pekkir Straginn« . Une reconnaissance enfin méritée pour le kid qui rappe depuis ses 10 ans, inspiré par la scène rap U.S. Aujourd’hui âgé  de 19 ans, son expérience de la scène et son flow tendrement limpide lui assure un avenir prodigieux sur la scène musicale locale, et internationale !

 

Emmsjé Gauti

Après un début de carrière dans le rap en 2002 sous l’égide des groupes 32c et Skábræður, Emmsjé Gauti s’est consacré pleinement à son premier album solo Bara ég sorti en 2011. D’opus en opus et jamais à court d’imagination, l’artiste a su asseoir sa popularité. Aujourd’hui, il est considéré comme chef de file de la scène prolifique rap islandaise.


 

NEWS


RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR