stay tuned on snapchat

'radar_st'

L’urbex à la sauce virtuelle
Top 3 des expériences immersives
09.11.2016

Se lancer dans l'urbex n'est pas donné à tous, et c'est tant mieux. Pour les curieux "non aventureux", les nouvelles technologies digitales permettent d'explorer un morceau de ville sans sortir de son salon. Voici des vidéos et panoramas photo qui se conguguent à 360° pour une expérience immersive sans prise de risque.

  Jean-Pierre Rieu 

 L’immersion en panoramique 

On vous parlait récemment de l’urbexeur Jean-Pierre Rieu dans notre « Insta selecta ». Son compte un_monde_urbex  est garni de photos léchées des lieux qu’il a exploré, c’est très beau mais assez classique pour un urbexeur. Sauf que… cet explorateur dans l’âme creuse aussi les infinies potentialités du virtuel sur son site perso. Il a jeté son dévolu sur l’immersion panoramique au coeur de ses images et… c’est un succès ! Quasiment toutes ses sessions urbex sont accessibles en visite virtuelle à 360°. Et en HD, svp.

 

 

Aucune faute d’accord ni de raccord : il y apporte le même soin qu’à ses photos. Les montages sont parfaits et il est même possible de zoomer sans perdre de qualité.

À vous de jouer et d’explorer la salle de réception du Paragon hôtel et le boyau rouge d’une cave abandonnée avant de zoner dans ses autres 360° sur son site : www.jeanpierrerieu.fr

 

 

 

 Hashima Gunkanjima 

 Exploration cartographiée 

Découvrir Hashima Gunkanjima, l’île réputée comme la plus désolée au monde, sans s’offrir un billet A-R pour le Japon ? Izi et gratis grâce à la magie du digital et le croisement des données !

capture-decran-2016-11-08-a-20-04-22

Désertée en 1974 et balayée par les vents, l’île est tombée en ruine au point qu’il devient presque impossible de s’y aventurer sans prendre de risque. Pour faire perdurer les traces de vie des miniers qui l’ont habitée, Bryan James a utilisé des photos de Google street view pour monter une plateforme d’exploration immersive et 100% interactive. À partir d’une map ou au fil de ses clics, l’internaute se promène « librement » dans l’île magnifiée en noir et blanc. Sous ses faux airs de jeu vidéo, les plus observateurs pourront trouver dans le décor des éléments qui témoignent de la réalité et du passé des lieux. La visite virtuelle est en plus augmentée par de nombreuses archives : le parfait mix entre histoire et urbex à découvrir ici : hashima-island.co.uk

map

 

Curio-cité, les secrets de Paris à portée de souris

Impossible aujourd’hui de parler de l’urbex à la sauce digitale sans évoquer Curio-cité, le dernier buzz digital en date qui invite à expérimenter et (re)découvrir les villes. 

Cette série digitale a été lancée par le géant Google en début d’automne et son 1er épisode suit l’urbexeur David de Rueda dans l’une de ses explorations en région parisienne. Troisième larron de l’expédition, l’internaute accompagne David et sa muse grâce à une vidéo subjective à 360° diffusée sur Youtube. Avec en bonus des conseils sur les techniques de prises de vue dans des lieux abandonnés, donc mal éclairés. L’expérience prend encore plus de hauteur avec un cardboard et une bonne paire d’écouteurs. Douze autres expériences digitales autour de l’exploration urbaine sont accessibles via Google Arts & culture. Au milieu des lieux officiels, plusieurs spots undergrounds ont trouvé leur place comme la défunte Tour Paris 13, le la populaire Petite ceinture ou encore le labyrinthe graffé du Palais de Tokyo.

 


 

Vous aimerez aussi

Article suivant

RADAR est une plateforme collaborative
dédiée aux nouvelles tendances
de la street culture

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR