stay tuned on snapchat

'radar_st'

Les 10 oeuvres de street art
qui ont marqué 2016
30.12.2016

Avant de se laisser surprendre par la créativité d'une nouvelle année, RADAR revient sur les 10 oeuvres de street art qui ont marqué 2016. Du monumental, du recyclage, du social, du digital, du game hacking... Décidément un bon cru !

 Jr sur le podium des JO 

jr_galerie_21963-2016cl07

 

En août dernier, Jr a remporté haut la main la « médaille d’or » des oeuvres créées pour les Jeux Olympiques. Pour l’occasion, il a immortalisé des athlètes en plein effort dans des lieux symboliques de Rio. Ses oeuvres sont supportées par d’immenses échafaudages de construction qui – par leur structure – permettent un effet 3D et donnent de la profondeur à ses grands formats. Chaque installation dispose ainsi d’une pluralité de points de vue.

L’article sur son installation est à lire ici

 

 Mademoiselle Maurice signe la plus grande murale de Paris 

© Lionel Belluteau

Si il y avait un « Livre des records » du street art, nul doute que cette oeuvre de Mademoiselle Maurice y trouverait sa place. L’équation de la plus grande murale de Paris donne le tournis : 15 000 oiseaux en papier pour 1800 m2 de surface. Un tour de force pour la boss de l’origami.

L’article sur Les Cycles Lunaires est à lire ici

 

 Julien Nonnon projette l’amour dans les rues 

julien nonnon

Julien Nonnon joue à Cupidon avec sa série de projections intitulée #LE_BAISER. Plus d’une centaine de couples ont illuminé Paris grâce à ce projet. De la cinétique, du mapping mais surtout beaucoup, beaucoup d’amour sont au coeur de ce projet collaboratif.

L’article sur #LEBAISER est à lire ici

 

Levalet et Philippe Hérard collent une rue entière

ob_e700d0_p1070580

C’est à quatre mains – celles de Levalet et de Phillipe Hérard – qu’une rue entière a été collée. Au total plus de 100 dessins ont trouvé leur place sur les facades de la rue Véron. Une oeuvre poétique qui a su égayer le quotidien des habitants du quartier.

L’article sur Va et vient est à lire ici

 

Recordar et le devoir de mémoire 

recordar_art

L’artiste Jorge Rodriguez-Gerada a invité les passants à se saisir d’une bombe de peinture lavable à l’eau et à participer à la création de son oeuvre. Plus de 500 personnes l’ont aidé à peindre les 2 200 m2 de surface. Depuis le sol, on découvre une famille en exil ; depuis le ciel un regard tourné vers l’avenir.

L’article sur Recordar est à lire ici

 

Hula peint à même un iceberg

hula 2

Hula a traversé les eaux arctiques pour peindre « à même » la glace, le portrait de Jesse, une femme inuit. Cette femme voit son espace de vie fondre à vue d’oeil… Une oeuvre aussi personnelle qu’impactante. En dessinant son visage sur cette glace qui s’amenuise, l’artiste repositionne l’humain au coeur des préoccupations climatiques.

L’article sur What if you fly est à lire ici

 

Seth et sa carte blanche romaine

Bricksit_1_01_low

Invité à investir une ancienne usine romaine, Seth a choisi de traiter des tristes actualités : des migrants, de l’errance, de la solitude, l’éducation… Les silhouettes d’enfants – toujours au coeur de son oeuvre – sont venues nourrir son imaginaire. Il a commencé à ranger les débris qui jonchaient le sol. Ou plutôt à les mettre en scène pour composer des tableaux pleins de poésie qui alertent les consciences.

 L’article sur Range ta chambre est à lire ici

 

Okuda et son temple du skate

© Elchino Pomares

Transformer une église en ruine en « Chapelle Sixtine du skate », c’est le challenge qu’a relevé avec succès Okuda. Il ne lui a pas fallu plus de temps que les 7 jours de la Genèse pour concevoir une oeuvre qui rivalise avec la fresque de Michel-Ange. Prismes géométriques multicolores et animaux kaléidoscopiques éclairent les voûtes de leur spectre lumineux.

L’article sur Kaos Temple est à lire ici

 

Outings project sort les oeuvres classiques des musées

outings project cover

À l’heure où les streets artistes rentrent dans les collections de musées, Outings project prend le contre-pied et sort les classiques de leurs cadres dorés pour les exposer dans la rue. Tout le monde est invité à collaborer. Il suffit de profiter d’une visite au musée et de suivre quelques consignes simplissimes pour « out-er » un tableau.

L’article sur Outings project est à lire ici

 

Lor-k recycle pour sa série Eat me 

croque-madame-lork-eat-me-gif-BQ500

Lor-k revisite la street food en customisant des vieux matelas et bouts de draps. Cerise sur le gateau, ses œuvres sont 100% recyclées et viennent perturber l’espace public avec poésie. Pizza, club sandwich et tacos sont au menu !

L’article sur Eat me est à lire ici

 


all pics © DR

 

Vous aimerez aussi

Article suivant

RADAR est une plateforme collaborative
dédiée aux nouvelles tendances
de la street culture

RECEVOIR LE MEILLEUR DE RADAR